Pratique sportive

Pratique sportive


Comparaison descriptive entre la marche et la course

Publié par Pratique sportive sur 18 Juillet 2012, 15:21pm

Catégories : #Course à pied

D'un point de vue biomécanique, la marche et la course sont deux activités de type cyclique, c’est-à-dire qu’elles sont composées de cycles, eux-mêmes déterminés par l’intervalle entre deux contacts successifs du même pied (Novacheck, 1998).
Le cycle de marche ou de course peut être divisé en deux pas, intervalle entre deux contacts de pieds différents (Billat, 1991).

Lors de la marche, il y a toujours au minimum un pied au sol (Zatsiorky et al, 1994 ; Farley et Ferris, 1998).

Le cycle de marche est alors composé d’une phase d’appui, où le pied est en contact avec le sol, et d’une phase d’oscillation, où la jambe est en rotation autour de l’articulation de la cuisse. Avec l’augmentation de la vitesse, lors du passage à la course, le temps d’appui diminue et la durée pendant laquelle, la jambe oscille augmente.

Ainsi, la marche se caractérise par un temps de contact au sol supérieur à 50% du cycle, contrairement à la course (Zatsiorky et al, 1994).

La marche se caractérise par la présence d’un double appui durant la phase de support, c'est-à-dire qu’il y a les deux pieds simultanément en contact avec le sol (Zatsiorky et al, 1994 ; Farley et Ferris, 1998 ; Novacheck, 1998).

Un temps d’absence de contact apparaît lors de la course qui est donc constituée d’impacts au sol, ou phase d’appui, directement suivit par une phase aérienne, ou phase de suspension (Cavagna et al, 1977 ; Farley et Ferris, 1998).

Les entraîneurs d’athlétisme utilisent la décomposition de phase de la course afin d’optimiser la performance en favorisant les phases primordiales relatives à la distance parcourue.

En course de fond, on cherche un équilibre entre la phase d’amortissement et la phase d’impulsion afin d’avoir un maximum d’économie de la foulée (Piasenta J, 1988) tandis qu’en sprint, la phase de propulsion est largement privilégiée (Hubiche J-L, Pradet M, 1996).

La transition course – sprint se réaliserait par un contact au sol qui passerait du talon à l’avant pied selon Novacheck (1998). 

 

Marche

Course

 

Lorsque le pied est au sol.

 

Nombre de phase

3

3

Phases

Contact initial CI (talon), demi appui DA (passage au dessus de l’appui), fin de l’appui FA (décollage des orteils).

Amortissement, soutien, impulsion.

Schéma

marche contact sol

(Novacheck, 1998)

Contact sol course

(Piasenta, 1998)

 

Lorsque la jambe oscille.

 

Nombre de phase

4

1

Phases

Pré oscillation PO, oscillation initiale OI, demi oscillation DO, fin d’oscillation FO.

Aérienne

Schéma

marche oscillation

(Novacheck, 1998)

Vol course

(Hubiche et Pradet, 1996)

 

A 1,2 m/s.

A 3,2 m/s.

Phase d’appui

62% de la durée totale.

39%

Phase d’oscillation

38%

61%

Comparaison des phases de cycle de marche et de course.

Commenter cet article

chasse-apnee 25/11/2012 13:57

Tant que l'on peut encore pratiquer la course, je penses qu'il faut le faire. Avant un certain age (ou pour des raisons médicales) la marche est une activité un peu trop légère.

acheter protéines 07/08/2012 09:50

La course permet bien évidemment de brûler un maximum de calories dans un plus court laps de temps.

Ocean Call Centre 19/07/2012 07:38

quelle activité est donc plus bénéfique pour la forme?
Manon

Pratique sportive 20/07/2012 11:45



Bonjour Manon,


Tout dépend de votre niveau de forme physique et de vos objectifs.


Ainsi, si vous reprenez l'activité physique, vous pouvez privilégier la marche. L'avantage est que l'intensité vous permettra d'effectuer de longues séances. En plus, la marche est peu
traumatisante pour les articulations.


Si vous avez l'habitude de faire du sport, alors l'intensité de la marche risque d'être trop faible pour vous. Vous pouvez donc passer à la course à pied. Si votre objectif concerne votre ligne,
faites des sorties de 45 min à 1 h à faible intensité. Si vous voulez vous tonifier musculairement, privilégiez plutôt des séances fractionnées à intensité élevée, par exemple, 30s rapide, 30s
modérée après un échauffement approprié de 10 à 15 min.