Pratique sportive

Pratique sportive


Mal de dos : constat et perspectives

Publié par Pratique sportive sur 25 Février 2013, 10:55am

Catégories : #Santé

I. Etat des lieux du mal de dos

D’après un sondage réalisé en France en 2000 1, 27 % des hommes et 36 % des femmes ressentent régulièrement des douleurs au dos. Le coût de ces lombalgies représentait, il y a dix ans, de 1,5 à 2 milliards d’euros par an.

Au niveau européen 2, selon une étude de l’agence européenne pour la sécurité et la santé au travail réalisée en 2007, un quart des travailleurs européens se plaignent de maux de dos.   

D’une manière générale, 70 à 85% de la population française a eu, a ou aura des problèmes liés au mal de dos à un moment de sa vie 3, 4.

La rachialgie est la deuxième cause de consultation chez le médecin généraliste et il s’agit de 7 % des arrêts de travail. C’est aussi la première cause d’invalidité avant 45 ans 4.   

Dans un tiers des cas, les personnes consultant pour des troubles du dos présentent des problèmes persistants 5.

L’apparition de ces troubles augmentent avec l’avancée de l’âge et sont principalement retrouvée chez les femmes.

De plus, la persistance des symptômes est associée à des facteurs tels qu’une détresse psychologique, une faible estime de soi, un faible niveau d’activité physique, la cigarette ou une désaffection de son emploi.

 mal-dos-homme-397

II. Biomécanique de la position assise

En position assise, le bassin fait une rotation vers l’arrière. La lordose lombaire est diminuée provoquant une augmentation de 40% de la pression mesurée au niveau des disques lombaires par rapport à celle mesurée en position debout 6, 7.

Cette augmentation de la pression provoque à son tour un aplatissement des disques lombaires pouvant impliquer des hernies discales.

L’inclinaison du dossier, les supports lombaires, la présence de support pour les bras, la composition du siège et la hauteur par rapport au sol sont autant de paramètres qui influencent la posture et qui sont susceptibles d’accroitre ou de réduire les pressions 8.

Au niveau musculaire, les données électromyographiques montrent que l’activité musculaire est la même entre une position debout et assise. Néanmoins, l’inclinaison du dossier permet de diminuer cette activité au-delà de 100°.

L’activité musculaire augmente aussi lorsque les genoux sont pliés de plus de 90°, probablement parce que ces muscles agissent sur la rotation du bassin et influencent la courbe lombaire.

La position au niveau lombaire et thoracique conditionne la position des vertèbres cervicales. Par conséquent, pour réduire les contraintes au niveau cervicales, il est nécessaire de prendre en compte l’ensemble du rachis 9.

La position « avachie » semble être une stratégie pour diminuer l’activité musculaire mais il s’agit aussi d’une position qui favorise les maux de dos 10.

 

III. Effets d’une activité physique sur la prévention des troubles du dos

Il y a des contradictions concernant l’efficacité d’un programme général d’exercice physique ou de fitness sur la réduction des troubles du dos et sur l’absentéisme au travail. Les effets semblent modestes 11.

Pourtant, une association entre les troubles du dos et une diminution des capacités musculaires est reportée 12.

A ce niveau, les précurseurs sont canadiens et scandinaves.

Certaines formes de réadaptation multidisciplinaire ont permis une guérison plus rapide, un retour plus rapide au travail et moins de récurrences les années suivantes comparées à d’autres traitements 4.   

Chacun de ces programmes de réadaptation incluait des exercices actifs progressifs et des éléments d’exercices de type fitness 4.

La référence à ce sujet est l’Ontario rehabilitation program qui durait trois semaines au cours desquelles étaient mis en place un entraînement aérobie et une musculation progressive.   

De tels programmes d’exercices peuvent produire une amélioration à court terme de la douleur et de la gêne fonctionnelle pour des troubles du dos aigus et chroniques bien qu’à ce jour, il n’existe aucune évidence entre un type d’exercice et un effet physique spécifique.

Les effets généraux sont observables mais les études scientifiques n’expliquent pas encore les raisons des bienfaits.   

Pour ceux qui souffrent de lombalgies aigues, les études montrent que le repos au lit n’a au mieux que de faibles effets cliniques et au pire des effets nocifs. Il est donc conseiller de rester aussi actif que possible aux personnes après une courte période de repos.

En effet, dans trois quart des cas, les patients récupèrent spontanément après une période de 4 semaines.

Pour les personnes présentant une lombalgie récidivante, il est conseillé de suivre un programme actif d’exercices.

Ce conseil n’a pas d’effet nocif ni en cas de lombalgie simple, ni en cas de sciatique 13.

 

IV. Cas spécifique de l’utilisation des exercices avec Swiss Ball

L’utilisation des Swiss Ball ou Gym Ball se généralise dans les salles de sport ou dans les cabinets de kinésithérapie mais celui-ci est aussi de plus en plus utilisé dans les bureaux comme simple chaise pour réduire les maux liés à la position assise.

Les études montrent ainsi que son utilisation dans le cadre d’un programme spécifique améliore la stabilité spinale et pourrait réduire les risques de mal de dos chez les individus sédentaires notamment chez ceux qui passent une grande partie de leur temps en position assise 14.

Cela permettrait une amélioration des capacités fonctionnelles des muscles du dos 15, 16.

Malgré ce constat intéressant, l’utilisation récente de cet outil implique qu’actuellement nous connaissons encore mal les mécanismes permettant ces effets.

 

V. Effets d’une école du dos sur les troubles du dos

Les études s’intéressant aux effets d’écoles du dos où les salariés apprennent les gestes et postures à adopter ne montrent pas d’effets significatifs 13.

Néanmoins, il semblerait qu’il existe une évidence modérée de l’efficacité de ce type de formation si celle-ci figure dans un programme plus global prenant en compte l’ergonomie du poste de travail, la prévention au travail et en dehors et l’association avec des activités physiques 4.

 

VI. Conclusion

Si la littérature scientifique reste floue vis-à-vis de l’influence des exercices d’activités physiques ou d’écoles du dos sur les problèmes de dos, un consensus existe pourtant sur la nécessité d’une pratique physique combinée à des interventions explicatives pédagogiques et à une intervention pour une amélioration du lieu de travail 4.

Pour réduire les troubles, l’absentéisme et améliorer le bien être, il faut en effet que le travailleur prenne conscience de son dos et ses particularités anatomiques afin d’agir mieux dans la vie de tous les jours et lors du temps de travail. Il est également nécessaire que celui-ci optimise les capacités fonctionnelles de cette partie du corps afin de gagner en souplesse, en force et en endurance 4, 17, 18, 19.

 

Bibliographie :

1 Thebault C. Le mal de dos est bien le mal du siècle. Sondage CSA/SPQR Le Parisien, 24/05/2000, p. 9.

2 European guidelines for prevention in low back pain. Novembre 2004.

3 Andersson G. B. J. Epidemiological features of chronic low-back pain. Lancet; 354 : 581-85; 1999.

4 INPES, Ministère des solidarités, de la santé et de la famille, Sécurité Sociale l’Assurance Maladie. Mal de dos – Un nouvel outil destine aux médecins généralistes Dossier de presse. 2004.

5 Thomas E, Silman A. J., Croft P. R., Papageorgiou A. C., Jayson M. I., Macfarlane G. J. Predicting who develops chronic low back pain in primary care: a prospective study. British Medicine Journal; 318: 1662-1667; 1999.

6 Magnusson M, Pope M. H. A review of the biomechanics and epidemiology of working postures. It isn't always vibration which is to blame! J Sound Vib; 215: 965–76; 1998.

7 Callaghan JP, McGill SM. Low back joint loading and kinematics during standing and unsupported sitting. Ergonomics; 44:280–94; 2001.

8 Harrison DD, Harrison SO, Croft AC, et al. Sitting biomechanics part I : Review of the literature. J Manipulative Physiol Ther; 22:594–609; 1999.

9 Black KM, McClure P, Polansky M. The influence of different sitting positions on cervical and lumbar posture. Spine; 21:65-70; 1996.

10 O’Sullivan PB, Grahamslaw KM, Kendell M, et al. The effect of different standing and sitting postures on trunk muscle activity in a pain-free population. Spine; 27:1238–44; 2002.

11 Wadell G., Burton A. K. Occupational health guidelines for the management of low back pain at work: evidence review. Occupational Medicine. Vol. 51 No. 2 p 124-135; 2001.

12 Mannion AF, Taimela S, Muntener M, et al. Active therapy for chronic low back pain. Part 1. Effects on back muscle activation, fatigability, and strength. Spine; 26:897–908; 2001.

13 MAIRIAUX P. Travailleurs lombalgiques - Bases scientifiques des programmes de « retour au travail » INRS Document pour le médecin du travail. 101 ; 2005.

14 CARTER, J.M., W.C. BEAM, S.G. MCMAHAN, M.L. BARR, L. BROWN. The effects of stability ball training on spinal stability in sedentary individuals. Journal of Strength Conditioning Research. 20: 429-435. 2006.

15 Marshall P. W. M., Murphy B. A. Evaluation of functional and neuromuscular changes after exercise rehabilitation for low back pain using a swiss ball: A pilot study. Journal of Manipulative Physiological Therapy 29: 550 – 560; 2006.

16 Meritt L. G., Meritt C. M. The gym ball as a chair for the back pain patient: A two case report. Journal of Canadian Chriropractic Association.; 50-55; 2007.

17 Lonn JH, Glomsrod B, Soukup MG, Bo K, Larsen S. Active back school: prophylactic management for low back pain. A randomized, controlled, 1-year follow-up study. Spine; 24: 865–871; 1999.

18 Kool J., De Bie R., Oesch P., Knusel O., Van Den Brandt P., Bachmann S. Exercise reduces sick leave in patients with non-acute non-specific low back pain: a meta-analysis. Journal of Rehabilitation Medicine 36: 49–62, 2004.

19 Hayden J. A., Van Tulder M. W., Malmivaara A. V., Koes B. W. Exercise therapy for treatment of non-specific low back pain. The Cochrane Library, Issue 3: Update Software. 2005.

Commenter cet article

Sport Monde 18/05/2015 11:19

J'avais souvent des problèmes de dos et c'est vrai que depuis que je me suis remise au sport, c'est à dire maintenant 2 ans, je n'ai quasiment plus aucun problème de dos. Je pratique régulièrement de la natation et cela marche vraiment bien

José 29/03/2015 22:23

-Article très intéressant, c'est un plaisir de vous lire.. Continuez comme ça

Moi je voudrais apporter mon témoignage suite à un patch que j'ai découvert par hasard

J'ai un problème de sciatique, j'ai collé le patch PowerStrip qui est 100% naturel et cela a pris moins de 45 minutes pour commencer à me soulager.

Je le porte quotidiennement et la douleur a complètement disparu.

Je conseille vraiment ce patch à tous ceux qui souffrent de sciatique.

Vous pouvez le trouver sur le site 15patch.com

José 15/09/2014 09:03

J'avais souvent mal au dos et je ne savais pu trop quoi faire pour m'en sortir. J'ai décidé il y a 6 mois de me prendre en main, j'ai perdu 10kg et je me suis remis au sport.
Au final, j'ai moins de poids à supporter et je pense que je suis plus musclé (je fais bcp d'abdos) donc j'ai bcp bcp moins mal au dos. Enfin, pendant les périodes ou les douleurs reviennent dans le bas du dos, je me suis acheté une ceinture lombaire sport http://www.dosmalin.fr/mal-dos-sport-activites-physiques/17-ceinture-lombaire-sport.html
Ca m'aide à maintenir une activité physique pendant ces périodes plus dures

Marie-Jeanne 21/07/2014 00:38

Merci pour ce billet très complet et très sérieux. Comprendre l'origine d'un mal de dos permet de s'en débarrasser plus rapidement et peut-être de ne pas être en arrêt. On ne le rappellera jamais
assez : attention à votre posture !

Lebault 21/06/2013 10:34

Pour le confort de votre dos, dormez dans des lits longs.

Je mesure 1,88m. A 50 ans, j'ai enfin trouvé comment ne plus souffrir du dos. Je dors désormais seul dans un lit de 210. Pourtant depuis l'adolescence, j'ai vu un nombre incalculable de
thérapeutes. Ils ont guéri torticolis et lumbagos, mais j'étais obligé d'aller les voir régulièrement.

Aussi, avant d'envisager d'y recourir, si vous êtes grand, essayez un lit de 210 ou plus, si votre taille est supérieure à 1,85m.

J'aurais aimé avoir su cela avant....